[Aller au menu]


Budget

Le vote du budget est un des moments clés de l’année. Pour Parempuyre, il a été approuvé le 5 avril. Le document qui en est issu traduit l’ambition et la stratégie de l’équipe municipale : ne pas augmenter les impôts tout en portant de nouveaux projets. L’équation est souvent difficile à résoudre, particulièrement dans un contexte économique difficile.

L'élaboration du budget obéit aux grands principes de comptabilité publique. Si ces derniers partagent avec la gestion privée les exigences de rigueur et d'équilibre (on ne dépense pas l'argent dont on en dispose pas), ils s'en distinguent aussi par de nombreux points.

Budget de fonctionnement et budget d'investissement, quelle est la différence?

Le budget principal de la commune est constitué de 2 sections:

  • Section de fonctionnement : elle représente les dépenses et recettes liées à la gestion courant de la commune: charges de personnel, fonctionnement des services etc.
  • Section d'investissement : elle correspond aux dépenses et recettes pour de nouveaux projets, qui sont engagées une seule fois pour porter un projet, acquérir du matériel ou encore rembourser le capital de la dette.

Le budget est toujours voté à l'équilibre

Comme tout bon gestionnaire qui se respecte, la Ville ne peut engager une dépense pour laquelle elle ne dispose pas des recettes et inversement, à chaque recette correspond une affectation très précise. C'est la règle de l'équilibre réel: les dépenses sont toujours strictement égales aux recettes, au niveau des sections comme des chapitres budgétaires.

Qui contrôle le budget?

Le Préfet assure le contrôle de légalité: il n'est pas chargé d'apprécier l'opportunité d'une dépense mais de vérifier que le budget réponde aux exigences de la loi(date d'adoption, équilibre, dépenses obligatoires...). Le budget obéit également au principe de séparation de l'ordonnateur et du comptable celui qui engage la dépense (le Maire) n'est pas celui qui paie (le trésorier). Ce dernier exécute les règlements en vérifiant la régularité des procédures; Enfin, un dernier contrôle, politique cette fois, s'exerce par les habitants puisque ce sont eux qui, par leur bulletin de vote, cautionnent ou non l'action municipale.